• Les fugitifs

Le Conteneur - Cübe Canada de Montréal


«Je dit pas que je veux partir de la maison, juste de savoir d’où je viens.». —Mao Bougon


Moi qui pensais que j’étais en train de réaliser mon plus grand rêve... Si mes calculs étaient exacts, ce conteneur serait rempli à ras bord des fameuses, plus que légendaires, toupies Beyblade! Malheureusement pour Guylaine et Dany, il y avait peu de chances que ce soit un surplus de maquillage Jeffree Star ou des vêtements griffés dernier cri! Fred, quant à lui, gardait espoir que la déclaration d’indépendance du Québec se retrouve cachée sous cette tonne de tôle rouillée... Qui sait, c’est finalement peut-être ici, dans le port de Montréal, que l’on entrepose, loin des regards, la mythique arche d’alliance! mais... on avaient tout faux (encore).



«D’un coup que la vraie histoire à fait pas ton affaire.» —Tita Bougon


Zeno c’est une compagnie de logistique qui détient 80% du marché mondial des transports. Difficile de croire qu’elle a fait patte blanche toutes ces années, comment peut-elle bien faire pour rester encore zen?! Notre équipe, en compagnie du journaliste d’enquête de renom, le plus que célèbre Maxim Poulin, s’apprête à pénétrer par effraction l’un des conteneurs de l’entreprise de transports la plus prolifique de l’histoire! Tout commence bien, Simon réussit à trouver le moyen d'ouvrir la porte quand tout à coup... PAF!, noir total. Ouchh j’ai mal au goliwog... Nous sommes piégés dans le maudit conteneur de Zeno!


«Ce soir là, je faisais ma ronde comme d’habitude pis un moment donné... craille! J’entends cogner din containers...». —Paul Bougon


Ici, il y a de la tôle, c’est gris, très gris comme dans un... “container”! Ce n’est pas des décors incroyables, mais en même temps je vous rappelle que vous êtes dans un... conteneur. Pour l’immersion, ça le fait, quoique j’aurais aimé voir de la tôle du début jusqu’à la fin. Au mur, un élément pour se souvenir de nos cours de géographie du secondaire un et des caissons en bois, pas mal de caissons, bref pas trop de déco, mais on a entendu dire que la mode containeur, c'est très minimaliste. La suite est un peu plus glauque et froide, mais on vous rassure il n’y a pas de sang, sauf peut-être pour moi qui se pète le front sur le mur après avoir calculé mon indice de masse corporelle. On va se le dire, je suis pas gros, ok!!? C’est dieu qui m’a installé des AirBags parce que je suis PRÉCIEUX! Sinon, il y a des jouets pour les pitous, à tout le moins, j’espère que c’est pour des cabots... Mch! Mch! Mch! Viens ici mon chien, viens ici mon petit Timmy!


«Quand tu vois des affaires de même, tu crois pu à ça le monde...» —Paul Bougon


Fouillez comme il le faut et regardez bien partout, parfois la réponse est plus proche que vous le pensez! La quantité d’énigmes n’est pas faramineuse, c’est juste bien assez corcé pour vous donner un brin de fil à retordre. Les puzzles cadrent très bien dans la thématique sauf le dernier, lui il existe seulement pour créer une finale amusante. Vous aurez à faire des calculs...., mais avec une calculatrice, alors pas de stress! Il n’y a pas vraiment d’éléments de décor inutile, je vous conseille fortement de vous concentrer sur la majorité des objets manipulables et non, vos compagnons de jeu ne sont pas des objets manipulables! La technologie est au rendez-vous dans les moments importants, mais puisque vous êtes dans un amas de tôle, ne vous attendez pas à voir un scénario sans cadenas ou énigmes d'observation. 


«Nous autres les débardeurs on aimes pas trop ça écoeurer le monde avec nos histoires...»  —Paul Bougon


Deux indices et moins pour réussir. Il est fort possible que vous en ayez besoin, alors si l’envie de vous faire aider arrive, vous aurez seulement à appuyer sur le petit bouton de l’intercom présent dans plusieurs pièces. Peut-être qu’un jour, vous serez réellement pris au piège dans un conteneur louche et il y a de forte chance que personne ne puisse vous aider. Encore aujourd’hui, Fred vit un grand traumatisme en lien avec son arrivée au port de Montréal en 1992. Au moins il aura pu quitter les goulags des affreuses terres Chapaisiennes.


«Était belle ta mère, une vraie belle fleur jaune! Ouin, était pas top shape, j’pense le voyage l’avait magané pas mal.» —Tita et Paul Bougon



La vérité n’est pas toujours bonne à savoir, mais heureusement que l’histoire se termine bien. J’ai trouvé mon mur en apport calorique, il se trouve que plus je suis gros, plus je coûte cher à Zeno pour me transporter, mais elle peut bien manger ce que je pense cette compagnie-là! J’ai manqué un peu de souffle à la toute fin, mais j’ai retrouvé mon cœur d’enfant l’espace de quelques secondes, moi qui pensais que je l’avais perdu... En fait, on m’a toujours raconté que je l’avais mangé..


«Je sais pas si c’est la même chose pour toé ma tit proute, mais.... t’es la plus belle histoire de notre vie pis le plus beau cadeau de Noël qu’on a jamais eu!»           —Paul Bougon



LE CONTENEUR

Scénario de 60 minutes

Difficulté : Moyen (3.5/5)

Coût : 28,00$ +tx/pers.

Fait à 5 personnes, Recommandé de 3 à 4 personnes.

Fait fin août 2019


ÉVALUATION MOYENNE DES FUGITIFS : 77,8%

NOS NOTES EN DÉTAILS ICI!


103 vues
CONTACTEZ NOUS

NOUS SUIVRE

© 2018 par Fred St-Jean. Proudly created with Wix.com