• Les fugitifs

Vol 337 - Amédaka de Granby

«Le ciel est clair, y’a pas trop de vents, on a une chance OK!?» -Commandant Piché

Pendant qu’au début 2020, le gouvernement fermait les frontières, annulait tous les vols non essentiels et que l’industrie aérienne vivait les moments les plus durs de son histoire, un petit village gaulois tenait toujours bon. L’irréductible compagnie Amédakair offrait des vols vers le sud à bon prix, encore fallait-il payer comptant et ne pas trop poser de questions, mais en temps de pandémie avions-nous vraiment d’autres choix? Malgré les innombrables destinations qui s’offraient à nous, c’est l’Argentine qui a retenu notre attention. Nous avons acheté les “billets*” (*entendre ici : pseudo contrat verbal avec un pilote louche) et ne restait plus qu’à attendre que notre vol vers Buenos Aires soit prêt, le fameux vol 337... «Our intentions?!! C’est d’atterrir sacrament!» -Commandant Piché

On a finalement décollé de l’aéroport international de Granby, ou plutôt d’une piste en terre au milieu d’un champ de blé d’inde à St-Alphonse-de-Granby, vers midi et quart. Sur 6 heures de vol, il y en a au moins 5 qui ont bien été, c’est positif, non? Nous devons avouer que vers 17h30 (heure du zoo de Granby dans le jargon), la consigne des ceintures s’est allumée et là, on a commencé à sentir un peu moins l’agrément. On ne sait pas encore si c’est les turbulences, l’électricité qui manque ou les masques qui se frappent contre notre tête qui viennent chambouler notre variable plaisir (pourtant depuis quelque temps nous avions l’habitude avec le port du masque) allez savoir pourquoi...

«C'est un One Shot Deal! Check-moé ben aller, je l’ai!» -Commandant Piché



Voilà, c’est exactement comme ça que notre aventure a commencé ; coincés dans un avion des suites d’un crash, 4 survivants en mode survie cherchant désespérément un moyen de sortir des débris de cet aéronef de fortune! Reste maintenant à savoir ce qui nous attend de l’autre côté des parois fracassées de l’avion, on pense que vous n’êtes pas prêts pour la suite.... Inutile de vous dire que votre équipe de Fugitifs en a eu plein les yeux, parce que oui, les décors de ce scénario sont de haut calibre, décidément Amédaka nivelle constamment vers le haut, mais revenons à l’essentiel de notre mission; sortir de cet oiseau de fer de malheur! Force est de constater que l’intérieur de l’appareil est plutôt bluffant, pas autant que l’extérieur, nous y reviendrons quand vous serez prêt.. Loin de nous l’idée de vous en dire trop, mais selon l’univers des probables, il y a de fortes chances que vous soyez tous coincés, individuellement, dans l’avion de sorte que vous allez devoir vous libérer avant toute autre chose, mais nous tenons à spécifier qu’il s’agit d’une simple probabilité... Après avoir courageusement affronté les épreuves qu’Amédakair vous réservait, vous tomberez nez à nez avec votre plus que fidèle dame nature, nous vous rappelons que vous êtes à quelques minutes de vol de Buenos Aires, dans une contrée relativement assez sauvage et que c’est bluffant! C’est peut-être les Galeries De Granby que vous voyez à l’horizon ou peut-être une forêt tropicale, à vous de voir ce qui se dessine devant vous! Quand vous en aurez fini avec l’univers qui vous entoure et que vous aurez rempli votre carnet d’animaux sauvages, il y aura une autre magnifique transition vers un univers un peu plus glauque, voire “Indiana-Jonesque”.


Assurément, de tous leurs scénarios, le Vol 337 est celui avec le plus d’énigmes immersives et pour cause, il n’y a qu’un seul cadenas et il est d’époque. Vous serez charmés par la multitude de puzzles technologiques qui se cachent un peu partout. La fluidité des étapes est telle que nous n’avons même pas vu le temps passer! C’est en définitive la salle la plus complète de cette entreprise de Granby, que ce soit les décors, la cohérence immersive des énigmes ou le rythme du jeu. Seuls points un peu plus négatifs sont l’histoire, car bien que les décors nous fassent évoluer à travers l’histoire, nous aurions aimé une narrative un peu plus développée répondant ainsi à quelques questions encore en suspens ainsi que la dernière partie du scénario, que nous aurions pris avec encore plus de détails et de finition. Reste qu’il y a bel et bien une chose à quoi ait répondu ce scénario: nos attentes!!! Et même qu’il les a largement dépassées!


Croyez-le ou non, nous avons retrouvé notre chemin vers les plages de Buenos Aires, quoique ce n‘ait pas été fait sans efforts avec notre 35 secondes restant! Malgré les attaques de léopards, les morsures de serpent et les piqûres de scorpions, nous avons su apprécier le chant des colibris et la compagnie des tortues... Notre plus grand défi reste encore devant nous, puisque.... ettt ouiiii... nous devons trouver un moyen pour retourner au bercail! Alors connaissez-vous le numéro d’un bon passeur!??


VOL 337

Scénario de 60 minutes

Difficulté : Intermédiaire (3.5/5)

Coût : 26.10$ +tx/pers.

Fait à 4 personnes, Recommandé de 4 à 6 personnes.

Fait le 22 juillet 2020

ÉVALUATION MOYENNE DES FUGITIFS : 85,7%

NOS NOTES EN DÉTAILS ICI!


CONTACTEZ NOUS

NOUS SUIVRE

© 2018 par Fred St-Jean. Proudly created with Wix.com